Le contrat programme

Contrat Programme 2019 -2023

Le Contrat Programme a été approuvé par le Conseil d'Administration et l'Assemblée Générale de notre asbl ainsi que par la Communauté française, la Province du Brabant wallon, le Collège et le Conseil communal.

Enjeu

Le village de Rebecq se trouvant au centre de contradictions entre un imposant tissu associatif et un effritement de celui-ci du fait du vieillissement de la population ; entre l’installation de nouveaux habitants peut-être plus aisés mais détachés de l’identité locale et une jeunesse attachée à son village mais qui s’en éloigne du fait de la pression immobilière, d’une mobilité alternative défaillante, de la disparition du commerce local, d’inexistence d’infrastructures de divertissement provoquant aussi une absence de mixité entre les catégories de jeunes ; entre une historique et ancrée reliance villageoise et une désagrégation de la cohésion sociale ; entre un réel exercice du droit d’accès à la culture et des difficultés d’exercer celui d’y prendre part ; entre un indéniable attachement au patrimoine local et des difficultés à continuer de faire vivre et perpétuer celui-ci, comment agir pour que les Rebecquois fassent société ensemble ?

Objectifs et opérations culturelles

1) Réinvestir culturellement les espaces patrimoniaux matériels et immatériels afin de valoriser ceux-ci pour renouveler, moderniser et renforcer l'identité communale

Contenu de l’enjeu

L’analyse partagée a fait ressortir clairement, tant dans nos propres démarches qu’au sein du PCDR et particulièrement du GT « Identité culturelle et matrimoniale », un attachement de la population de souche à son patrimoine tout en regrettant largement une trop faible utilisation ou une mauvaise valorisation de celui-ci. On peut citer sans être exhaustif, le site des Moulins d’Arenberg, le moulin d’Herbais (privé), la Chapelle des Augustines, la Cité de la Vallée, le château et les anciens bureaux de la Carrière, la Chapelle de Bierghes, le Musée du Porphyre, la grange d’Arenberg (à aménager), de façon immatérielle le Carnaval et le dialecte wallon, mais aussi la Carrière et son histoire ainsi que la Brasserie Lefebvre. Ils doivent être considérés comme des atouts, porteurs de sens, permettant de rassembler les Rebecquois de naissance mais aussi pour toucher un nouveau public, en lien étroit avec notre deuxième enjeu et la « nouvelle » population et enfin agir en matière de décentralisation, de mobilité, au plus près des lieux de vie. Ils devraient nous permettre de (re)tisser un lien entre les populations et leur territoire, que les Rebecquois les investissent, s’y investissent, s’y interrogent et se rassemblent autour d’une identité commune.
Nos aînés, les événements communaux rassembleurs et le tissu associatif doivent aussi être posés comme les racines de nos actions.
L’éducation permanente et les associations rebecquoises qui y oeuvrent seront un levier supplémentaire incontestable pour nous accompagner et aider dans cette réappropriation.
Nous faisons l’hypothèse qu’en développant des activités dans ou au travers de ces patrimoines, nous accroitrons l’accès à la culture et la démocratisation de celle-ci dans l’intérêt des liens sociaux et de la mobilisation citoyenne.

Objectifs

- Accroître la démocratie culturelle entre autres au travers de la création d’une commission en lien avec le PCDR
- Elargir nos publics et diminuer les inégalités d’accès à la culture dans un esprit de démocratisation culturelle
- Accroitre le développement culturel des populations qui composent désormais notre territoire
- Mobiliser des citoyens et fédérer des associations autour d’un projet commun
- Valoriser et faire connaître des lieux patrimoniaux en y organisant des activités décentralisées tout en agissant sur la mobilité
- Agir sur une identité commune et la promotion de la culture rebecquoise au travers des témoignages des anciens et du dialecte wallon
Asbl Centre culturel de Rebecq 85
Dossier de demande de reconnaissance 2019-2023
- Renforcer le droit de participer à l’élaboration lors d’évènements tels que la braderie ou les Fêtes de Wallonie
- Collaborer avec le CPAS à la mise en place d’activités destinées à rompre l’isolement
- Développer la citoyenneté active et l’exercice des droits culturels, sociaux et environnementaux avec les associations d’éducation permanente et alterconsuméristes.

Opération culturelle

Rebec’Quoi ?! : comment une identité rebecquoise, une culture villageoise, peut-elle, en se souvenant, en la comprenant et en la retissant ensemble, aider à fabriquer de l’avenir ?

Liste non exhaustive et amendable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(a) Balade vélo : proposer une balade vélo en groupe durant laquelle le public sera invité à découvrir le village et son histoire par le biais d’artisans, d’artistes, de saynètes théâtrales, d’anecdotes historiques, de visites patrimoniales,…
(b) Balade dans les sentiers comestibles : proposer des animations culturelles en collaboration avec les associations alterconsuméristes lors des balades organisées dans ces sentiers
(c) Recueil à travers les âges : en collaboration avec la résidence d’Arenberg, la bibliothèque, le CCCA le PCS, écoles, MJ ... Sur un thème donné, créer un recueil de témoignages auprès des résidents de la maison de repos, les interviews seraient menées par des jeunes
(d) Jeux intervillages : équipes associatives, jeux sportifs et culturels, découverte du patrimoine et de l’histoire, coordination par la commission jeunesse, rotation sur les 4 communes
(e) Initiatives lors de la braderie : profiter de cet événement pour offrir aux habitants une animation culturelle (contes, art de la rue, performances d’artistes locaux, …)
(f) Café plein air : investir des lieux inattendus pour inviter la population à partager par le biais d’une projection, d’un débat, d’une conférence, … avec une dimension d’éducation permanente
(g) Soutien et apport au lexique Cocorico (Wallon) : aider à la création d’un ouvrage valorisant et perpétuant le dialecte local

Fonctions culturelles

L’appropriation, la transmission, la valorisation des patrimoines et la création d’imaginaires communs agissent incontestablement à la mobilisation des citoyens, de la collectivité, vers un meilleur vivre ensemble et un investissement de notre territoire.

Partenaires

L’administration communale, associations d’éducation permanente (FAC, Vie Féminine, FPS), Marelle et Lune, PCS, comités de quartiers (Comité d'Animation Village Quenast, Bierghes en fête, Comité des Fêtes de Wisbecq, Rebecq Evenement, Rognon vit et La Rue Haute en Fête), Photo Club Rebecquois, les commerces et artistes locaux, Rewisbique, Maison de Jeunes Point de Rencontre, nos troupes théâtrales, Coq Hardi, Cercle philatélique, Comité du Carnaval de Printemps, la Résidence d’Arenberg (maison de repos), la bibliothèque, Conseil Consultatif Communal des Aînés, Cercle apiculteurs, le Rail Rebecq Rognon, Cocorico, la brasserie Lefebvre, un dimanche à la campagne, GRACQ Rebecq, Rebecq en transition, GrainedeSEL, les directions d’écoles et enseignants, Commission PCDR culture

Moyens

CcR, administration communale, PCS, associations

Droits culturels

La promotion et le réinvestissement des patrimoines ont-ils donnés un accès plus large à l’exercice des droits culturels ?

 

2) Développer un sentiment d'appartenance, avec un oeil particulier envers les nouveaux habitants, afin de retisser des liens sociaux et diminuer le sentiment d'évolution vers une cité dortoir


Contenu de l’enjeu

L’analyse partagée a révélé un certain sentiment de menace d’évolution en cité dortoir. Les nouveaux habitants ne participent pas ou peu à la vie socioculturelle mais ces derniers pourraient être mieux accueillis. De nombreux habitants de souche sont de plus en plus amenés à travailler assez éloignés de notre commune. Une certaine partie de l’imposant tissu associatif se fait vieillissant, celui-ci n’est pas connu comme il devrait l’être et parfois enfermé dans sa propre structure. De même, il existe toujours un cloisonnement par villages voire désormais un par quartiers, les associations oeuvrant au sein de ceux-ci n’étant pas amenées à se rencontrer et encore moins travailler ensemble. La mobilité du soir s’avère problématique sans voiture et en sus trop peu d’actions sont décentralisées sur les lieux de vie même des habitants. Nous faisons l’hypothèse qu’en agissant au sein même des cadres de vie et en provoquant des rencontres entre les habitants et entre les associations nous accroitrons l’accès à la culture et la démocratisation de celle-ci dans l’intérêt des liens sociaux.

Objectifs

- Mieux accueillir les nouveaux habitants afin de développer leur sentiment d’appartenance
- Provoquer la rencontre entre associations et mieux faire connaître celles-ci
- Agir au sein des lieux de vie pour un meilleur accès à la culture, un plus grand développement culturel tout en réduisant les inégalités entre autres du point de vue mobilité
- Développer une identité commune améliorant le vivre ensemble

Opération culturelle

Rebec’Qui ? : le vivre ensemble et la (re)découverte de son village comme leviers d’inclusion afin de provoquer le désir d’y prendre part.

Liste non exhaustive et amendable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(a) Balade des nouveaux habitants : proposer une balade afin de faire découvrir notre commune, les nouveaux habitants en seraient informés lors du drink d’accueil de la Commune
(b) Journée des associations : rassembler des associations rebecquoises en un lieu afin de leur donner la possibilité de se faire connaître et de se connaître entre elles
(c) Animation quartier : lors de la journée des voisins, organiser une activité en décentralisation dans les quartiers en collaboration avec les associations qui y travaillent, en rotation par année
(d) Mise en place du parrainage : coordonner un parrainage nouveau/ancien habitant
(e) Scotch ton idée : en collaboration avec l’artiste Thomas Corbisier, par des ateliers artistiques/performances, faire réfléchir et agir les habitants des quartiers sur leur notion d’appartenance
(f) Photos : « Nos commerçants » : valoriser l’ancrage local, les commerçants, artisans et produits locaux au travers d’une exposition photo
(g) Présence à la croix rouge sur roues : lors des passages dans les quartiers de cette initiative, être présents afin d’informer les habitants de nos activités mais aussi les écouter quant à ce qu’ils pourraient attendre de nous
La commission, tout comme le CO, serait impliquée au mieux dans l’organisation des activités mais aussi et surtout dans l’analyse partagée à venir.

Fonctions culturelles

L’exercice individuel du droit à la culture au sein de collectivités, la vie associative et l’animation mises au service du développement culturel

Partenaires

L’administration communale, la bibliothèque, le PCS, Maison de Jeunes Point de Rencontre, associations rebecquoises, les commerçants et artistes locaux, comités de quartiers (Comité d'Animation Village Quenast, Bierghes en fête, Comité des Fêtes de Wisbecq, Rebecq Evenement, Rognon vit et La Rue Haute en Fête), Rewisbique, Photo Club Rebecquois, la Maison du Conte, un dimanche à la campagne, Rebecq en transition, GrainedeSEL

Moyens

CcR, administration communale, PCS, associations

Droits culturels

Les projets de proximité ont-ils étendu les droits culturels et agit sur le problème de mobilité ? Le tissu associatif a-t-il été développé/valorisé/amélioré ? Les nouveaux habitants ont-ils vu l’accès à la culture accru ?

 

3) Dynamiser le partage avec les jeunes de l'entité et décloisonner leurs catégorisations afin de les rendre acteurs pour construire avec eux leur accès à la culture et leur liberté artistique

Contenu de l’enjeu

L’analyse partagée n’a fait que confirmer ce que nous savions déjà, nous ne touchons les jeunes qu’à doses homéopathiques et uniquement au travers de la Maison de Jeunes. Or, cette dernière ne représente aussi qu’une partie de la jeunesse rebecquoise. Celle-ci a tendance à elle-même s’autocatégoriser. Il n’y a aucun échange entre le public de la MJ et celui des mouvements de jeunesse, ceux qui ne fréquentent pas ces structures forment une troisième catégorie, les jeunes nouvellement installés sur notre commune une quatrième. Les milieux sociaux sont extrêmement variés, allant du plus défavorisé à l’assez aisé. Privés d’établissement secondaire, nous ne possédons pas ce relais pour informer et sensibiliser les ados à nos démarches. Or collaborations avec la MJ et le PCS, nous avons, dans nos tentatives d’initiatives pour les jeunes, toujours péché en matière de démocratie culturelle et dans le droit de prendre part à la culture voire celui de la liberté artistique. Nous faisons l’hypothèse qu’en créant une « commission jeunesse » rassemblant des ados issus des différentes « catégories », nous construirons au mieux leur accès à la culture.

Objectifs

- Décloisonner la jeunesse rebecquoise afin de provoquer des rencontres et des collaborations, tisser des liens sociaux et agir sur le vivre ensemble
- Placer la démocratie culturelle à la base même des initiatives afin que les jeunes exercent au mieux leur droit de prendre part à la culture
- Agir en matière de liberté artistique en offrant de nouvelles possibilités de création et d’expression aux jeunes et valoriser les productions
- Intégrer au mieux la « nouvelle » jeunesse
- Rendre les jeunes acteurs au sein d’initiatives grand public locales

Opération culturelle

Rebec’Quand ? : les jeunes ont une culture, valorisons-la, valorisons les, afin de les faire se rencontrer, de démonter les clichés les concernant et que leur avenir soit aussi le nôtre.
Les actions proposées dans cette opération culturelle seront à titre d’exemple et tributaires des choix posés par la « commission jeunesse ». Elles seront donc totalement amendables puisque la démocratie culturelle est l’essence même de cet enjeu.


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(a) Commission présente à Huy pour le choix du spectacle ado : offrir aux jeunes la possibilité de choisir eux-mêmes un spectacle sociétal qui sera joué dans leur centre culturel sur une thématique qui les interpelle
(b) « Je découvre… » (rencontre artistique et atelier) : en fonction des envies des jeunes, mettre en place des rencontres et ateliers sur un sujet, un artiste, un art, qu’ils auront eux-mêmes choisi
(c) Evènement rassembleur « Nos jeunes artistes » : une journée qui met en avant les jeunes artistes dans différents domaines : expositions, scène ouverte, … le tout dans un cadre festif
(d) Création commune des jeunes artistes Rebecquois : valoriser les différents modes d’expressions des jeunes afin de les faire travailler ensemble dans la création d’une production commune
(e) Tu fêtes tes x années ! : créer un événement, une activité qui rassemblerait tous les jeunes du même âge afin qu’ils puissent se rencontrer
(f) Coordination des jeux intervillages : l’organisation de cet évènement par les jeunes serait l’accroche pour lancer la commission voire l’ensemble du processus
La commission, tout comme le CO, serait impliquée au mieux dans l’organisation des activités mais aussi et surtout dans l’analyse partagée à venir.

Fonctions culturelles

Les rencontres et collaborations entre eux, celles avec des artistes, leur participation culturelle, les différentes activités qu’ils mettront en place ou auxquelles ils aideront, les expérimentations qu’ils mèneront concourront selon nous à augmenter la capacité critique et la citoyenneté des jeunes, élargir leurs horizons et s’opposer à l’individualisation croissante de la société dans laquelle ils se préparent à devenir adultes.

Partenaires

L’administration communale, Maison de Jeunes Point de Rencontre, le PCS, les scouts de Rebecq, la bibliothèque, l’harmonie communale, les jeunes artistes rebecquois, comités de quartiers (Comité d'Animation Village Quenast, Bierghes en fête, Comité des Fêtes de Wisbecq, Rebecq Evenement, Rognon vit et La Rue Haute en Fête), AMO

Moyens

CcR/MJ/PCS

Droits culturels

- Avons-nous bien placé le droit de prendre part à la culture à la base de toutes les actions ?
- Avons-nous renforcé la liberté artistique des jeunes ?
- Avons-nous amélioré leur accès à la culture ?