Dossier de demande de reconnaissance, Contrat Programme 2019-2023 : restitution publique

 

Conclusions de l’auto-évaluation

 « Elle tourne ta boutique ! ». Cette phrase a été prononcée au bar du CcR, à la fin d’un week-end de création d’un de nos ateliers théâtraux où de l’amateur, parfois parent pauvre, sous-estimé, décrié, considéré comme facilité, et qui ne le sera jamais pour nous, a rassemblé près de 500 personnes. Cette phrase est de Théo Deprêtre, figure emblématique locale du théâtre wallon, défenseur du patrimoine dialectal, consomm’acteur du CcR depuis quasi sa création. Cette phrase a marqué l’équipe, venant de quelqu’un qui a presque tout connu en matière de développement culturel sur Rebecq, elle résonne en nous.

Car oui, elle tourne la boutique. Et ce n’est pas simplement et platement de l’autosatisfaction, c’est ce qui nous revient de la majorité de nos instances, d’une bonne partie de notre public, des personnes qui sont satisfaites voire même heureuses des initiatives du CcR et de les fréquenter. C’est aussi de l’auto-évaluation que de constater le chemin parcouru en 8 ans. Savoir d’où l’on vient, c’est pouvoir imaginer vers où l’on va. Le chemin est sinueux et la route est encore longue mais notre petit Centre culturel local s’avance doucement mais sainement vers son avenir.

Avant l’arrivée de la nouvelle direction en janvier 2009, le CcR n’avait pas de règlement de travail, pas de R.O.I., les Statuts n’étaient pas en ordre, le projet de CP avait été refusé par la FWB, l’équipe était réduite à une assistante administrative et un technicien, le public s’était détourné du Centre, il n’y avait plus qu’une poignée d’activités par saison, plus de théâtre jeune public, plus de projet et l’avenir de l’institution était totalement incertain.

Le CcR est désormais administrativement en ordre, développe des projets et de nombreuses collaborations, met en place près de 80 activités par saison sans compter les aides-services et voit passer chaque année des milliers de personnes par ses installations du Moulin d’Arenberg et de la Salle communale de Quenast.

Le Contrat Programme en cours, rédigé en 2009, a été mis en place en tenant uniquement compte des missions déterminées par le Décret de 1992. En fonction de celles-ci et du contenu du CP en cours, nous avons incontestablement atteint une large majorité des objectifs que nous nous étions fixés. Tant en quantité, de spectateurs/participants/visiteurs, d’activités, de projets, partenaires et partenariats, qu’en qualité, contenus développés, valeurs défendues, artistes valorisés/programmés, sensibilisations, tentatives de modification de comportements, reconnaissance par nos partenaires et le public, voire la population rebecquoise.

Cependant, si nous observons aussi le travail réalisé à la lumière des droits culturels tels que prônés par le Décret de 2013, démarche intégrée dès le bilan moral 2015, on peut citer :

La liberté artistique

 

Le droit à la promotion des patrimoines et des cultures

 

L’accès à la culture et à l’information

 

La participation à la culture

 

La liberté de choix de ses appartenances

 

Le droit de participer à l’élaboration

 

Ateliers théâtraux

Conférences « Voir le Monde »

Ciné club junior

 

Stands d’associations lors des cinés débat, conférences, ballade vélo,… avec une campagne en lien

Forum élections communales 

C.O

Ateliers Récré Actifs

Expositions (Nautilus, artistes Rebecquois,…)

80’s at the movie

 

Projet Wilkytea avec atelier MJ

 

 

Ciné débat

Assemblée générale élargie

Expositions

120ème anniversaire des Grèves de Quenast

Zap’ouest

Bénévolats

Conférences

Analyse partagée

Ateliers composition florale, amitié du mercredi, les rossignols de la Scène …

bal costumé des enfants

 

Théâtre jeune public

Reportages du photoclub lors d’événements

 

Projet selfies

« Asseoir l’espoir »

utilisation optimale du Moulin d’Arenberg

 

Quenast’ivales 

 

Proposition de spectacle/expos par le CA, CO, habitants,…

 

Concours acrostiches

 

Aide à la création artistique

Mérites culturels

Accès article27 pour toutes les activités

 

Vote du public pour sélectionner son artiste préféré afin de lui offrir une exposition en titre

 

Enquête : questionnaire public

Marché de Noël

bal populaire

Projection cinéma dans les écoles, maison de repos

 

Projet « Fenêtres ouvertes sur la prison et l’IPPJ »

 

Randonnée vélo :

- proposition du photoclub pour réaliser un reportage qui couvre l’évènement

- stands de sensibilisation créé sur le thème « énergie » par les associations (Un dimanche à la campagne, Vie Féminine, FPS, Maison de Jeunes, PCS,…)

- écriture des scènes de théâtre par un membre des troupes, mises en scène par plusieurs membres

- stands de la locale “GRACQ”

- repas du soir pris en charge par les scouts

-...

 

Randonnée vélo pas comme les autres

Théâtre à l’école

Les différents ateliers théâtraux

 

Création en collaboration avec la MJ et le PCS de bâches témoignages inondations (Récolte des témoignages + photos prises par les jeunes)

 

“Devoir de Mémoire et Mémoire du Devoir”

Thés dansants

 

Thé dansant parfois animés par l’atelier chant du CcR

 

Ciné débat sur différents thèmes (Handicap, Cancer du sein, Film “Demain”, ...) suite à des demandes d’associations et institutions

 

Randonnée vélo pas comme les autres :

- Pauses historiques avec explications de l’histoire du village par des membres du Rewisbique

- Pause au « Petit train du Bonheur »

- Scènes de théâtre créées sur l’histoire de Rebecq

Les fêtes de Wallonie

Marché de Noël: Stands tenus par la Maison des jeunes, les scouts, des artistes rebecquois,...

 

Créations annuelles des troupes de théâtre : choix libre des pièces par le responsable de troupes avec l’accord des comédiens

 

Projets photos avec Gaël Maleux “Portraits des Rebecquois”

Atelier F.L.E

KunstenBo(!)s des Arts et Quenast’ivales : artistes rebecquois valorisés

 

KunstenBo(!)s des Arts, Quenast’ivales et bal costumé : ASBL ou artistes rebecquois

 

Collaborations régulières avec les asbl et commerces locaux

Installation d’une rampe d’accès PMR à Salle communale

Fêtes de Wallonie : création d’une cellule jeunes pour créer et animer ensemble des activités tout au long de la journée

 

Ateliers de création pour participer au festival de la marionnette

 

Zap’ouest

 

Exposition annuelle autour du sujet des droits de la femme. Thème proposé par 2 artistes et travaillé par +/- 50 artistes/an

 

 

 

C’est grâce au nouveau Décret, à l’autoévaluation et à l’analyse partagée en parallèle que nous avons pleinement pris conscience de déjà avoir œuvré en la matière et donc aussi l’intention de poursuivre sur cette voie de l’expression des droits culturels.

Dès 2016, et de façon encore plus prononcée en 2017 grâce aux travaux du Conseil d’Orientation, nous avons mis en place de nouveaux mécanismes de travail en nous inscrivant plus dans la démocratie culturelle et la participation, déjà agi sur des constatations établies par l’analyse partagée et développé ce qui peut s’apparenter à une opération culturelle par le « Moi(s), des Droits ?!? ». La « balade vélo pas comme les autres » est, elle aussi, représentative de cette nouvelle dynamique de travail. Bien qu’en évolution constante depuis 2009, le CcR et son équipe ont su se remettre en question au travers des processus mis en place pour cette nouvelle reconnaissance.

En l’absence d’infrastructures telles que cinéma, salle de concert, théâtre, … sur notre territoire, le CcR est un opérateur essentiel sur notre Commune et doit se poser comme un acteur important de l’épanouissement socio-culturel des citoyens. Pour cela, il ne faut pas non plus oublier une valeur parfois dénigrée mais qui est souvent pourtant apparue dans nos évaluations (et les retours du public) comme importante, surtout à l’époque actuelle, celle de plaisir. Le CcR est un pourvoyeur de plaisir, de sourires, d’éloignement des écrans télévisuels et informatiques, un briseur d’isolement. Refaire corps et partager pourrait pratiquement devenir notre devise. Notre nouvelle identité graphique, mise en place dès le début de la saison 2017, permettra d’identifier plus clairement le CcR et peut-être, nous l’espérons, qu’une plus grande partie de la population puisse (enfin) mettre un nom sur « l’organisateur de certaines activités » parfois encore trop peu connu.

Le défaut majeur du CcR était une vision à court terme, par saison, par cycle d’activités voire par activité simple, par projet au mieux, sans que cette dernière dimension ne soit suffisamment et assez profondément pratiquée, péchant donc en démocratie culturelle. Nous avions perdu la perspective sur un Contrat Programme entier et la lecture de ce que nous souhaitions modifier/améliorer en matière de pratiques socio-culturelles voire sociétales, ce qui désormais se nommera « enjeux de société ».

Le « soutien à la vie associative » était un de nos axes, cela n’a plus de raison d’être un enjeu. Non pas que la chose soit moins importante qu’avant mais parce que cela fait partie des racines du CcR et que c’est redevenu notre ADN même. Qu’il s’agisse d’aide service, de soutien ou d’implication à leurs activités, de collaborations ou mieux encore, d’expression du droit de participer à l’élaboration de nos politiques et initiatives culturelles, nous devons être, nous serons clairement plus dans la démocratie culturelle.

Il en va quasi de même pour le « développement de la citoyenneté active » qui a toujours été transversal à tous nos autres axes, défendant ou valorisant des valeurs humanistes qui nous sont chères. Pour cela, nous devons clairement travaille plus en matière d’éducation permanente avec les associations d’EP, et pas uniquement comme dans un passé récent en paroles mais en actes. Donc ici aussi plus dans l’expérimentation qui devra nous amener vers plus d’accès et d’initiation et par là vers un accroissement de la capacité critique. Nous devons continuer sur le chemin emprunté dès 2016 et l’intensifier. Un nouveau monde d’associations citoyennes (Rebecq en transition, Un dimanche à la campagne, Graine deSEL) nous y aidera. Les associations de quartier, si elles ouvrent leurs portes et ne se cantonnent pas à leurs propres activités intra-locales, pourraient aussi nous apporter dans le cadre d’un redéploiement territorial et de décentralisations dans la limite des impératifs techniques souvent mentionnés dans nos rapports.

Notre construction depuis 2009 en matière d’enfance et, certes de façon plus compliquée, en jeunesse doit être maintenue, mieux, développée, et donc donner des outils d’émancipation et l’accès à plusieurs droits culturels à ces futurs citoyens entre autres, par le théâtre à l’école et le jeune public.

D’autres activités sont devenues la charpente de nos saisons, elles ont ramené du public vers le CcR, l’ont développé et nous apparaissent fondamentalement à maintenir :

-          Thés dansants : Ils ont été créées sur base de constats du Conseil Consultatif des Aînés qui nous a sollicités pour les organiser afin de permettre aux seniors de se retrouver et participer à des activités qui leur sont destinées sur leur propre Commune. Nous souhaitions clairement agir contre l'isolement, en accessibilité financière et en matière de mobilité locale. Le covoiturage entre participants a œuvré en ce sens. Nous nous situons clairement et essentiellement dans la reliance, dans l'accès et la participation à la culture. C'est une activité essentielle pour de nombreux aînés.

-          Ciné-Club Junior : il avait une base ludique tout en tendant, dès que faire se peut, vers l'initiation aux travers de dessins animés plus pointus. Nous étions clairement dans la reliance à son lancement. Cependant, il a vite acquis un rôle social non négligeable, œuvrant dans l'accès à la culture en permettant à des familles moins aisées de ne pas devoir se rendre dans des complexes aux tarifs élevés pour du cinéma. La collaboration de l'extrascolaire a accru les dimensions de démocratisation et développement culturels. Les enfants ont aussi (ré)appris des codes de vivre ensemble.

-          Théâtre amateur

-          Expos

-          Ateliers : ils évoluent en fonction des envies et besoins des habitants. Ils offrent des outils et un accès à la liberté et à l’expression artistique. Ils sont un lieu de rencontres et d’échanges et permettent à des personnes isolées de s’impliquer dans un groupe. La majorité de nos ateliers sont gratuits. Nous souhaitons nous diversifier et répondre à plusieurs sollicitations en proposant des ateliers décentralisés. Cette nouvelle dynamique serait également une des pistes pour lutter contre les problèmes de mobilité.

-          Quenast’ivales et Bal costumé des enfants : ces activités permettent de dynamiser l’entité de Quenast. Il s’agit de deux moments à partager en famille. Grâce à diverses collaborations, nous valorisons des artistes et jeunes locaux. Cela œuvre à la démocratisation de la culture et invite les gens à partager, se rencontrer. Pour l’avenir, nous souhaitons impliquer de manière plus concrète les riverains et participants en les invitant à créer eux-mêmes des actions enrichissantes dans les concepts existants.

-          Marché de Noël : ce week-end est un classique attendu par beaucoup de Rebecquois. Dans une ambiance familiale, il permet au public de se rencontrer/retrouver autour d’artisans, de producteurs du terroir et de membres du monde associatif. Il est une belle occasion de mettre en avant un patrimoine important du village. Il a sans cesse progressé en qualité depuis 2009 et est amené à se développer encore autour des sites des Moulins d’Arenberg

Ces activités dites « de base », mais qui sont loin de l’être selon nous et qui peuvent pour certaines s’intégrer à des opérations, ainsi que la programmation d’ensemble, demeureraient du fait de l’équipe d’animation tout en prônant au maximum les partenariats. Mais, afin d’améliorer encore notre travail et agir mieux et plus en démocratie culturelle tel que nous le souhaitons, nous entrevoyons la possibilité que les opérations culturelles soient initiées, portées et développées conjointement avec le Conseil d’Orientation. Mieux et plus loin encore, pour certains enjeux, la création d’une commission de travail, en lien avec des citoyens impliqués dans le processus du PCDR et/ou des acteurs de terrain.

L’implication de la Commune de Rebecq dans un Plan Communal de Développement Rural, l’enquête publique et les résultats qui en découleront devraient nous apporter des renseignements précieux quant aux attentes des citoyens et donc être intégrés à notre analyse partagée.

Le redéploiement, la modernisation, la vision à long terme (et peut-être plus grande échelle) du patrimoine (Musée du Porphyre, Musée de la Bière, Augustines, Solvay, …) influencera de manière incontournable notre travail à l’avenir.

Les défis sont nombreux mais intéressants et la motivation du CcR, de son équipe, de ses instances et de ses partenaires demeure intacte.


Conclusions de l’analyse partagée

Il existe un incontestable besoin de cohésion sociale. Si celle-ci existe parfois à l'intérieur des villages, surtout grâce à l'imposant tissu associatif souffrant pourtant de relève, elle ne subsiste pas entre les villages. De nombreux Rebecquois et encore plus largement les nouveaux habitants travaillent hors de la Commune. L'intégration de ces derniers et leur implication dans la vie socioculturelle n'est pas optimale. Pour ces raisons, le risque de cité dortoir se pointe à l'horizon ainsi qu'une certaine perte d'identité locale qui souffre d'un manque de valorisation des patrimoines rebecquois.

La reliance fait partie de l'identité de Rebecq et la démocratisation culturelle en bénéficie largement. Une plus large démocratie culturelle provoquerait incontestablement une meilleure implication et participation des citoyens toutes catégories confondues. Nous avons toujours largement agi dans l’exercice du droit culturel d’accession à la culture, nous devons plus et mieux faire dans celui d’y prendre part. Le Centre culturel doit se positionner comme un promoteur incontournable de ce droit et s’y ancrer à l’aide du vaste tissu associatif, de la dynamique de quartiers au sein même des lieux de vie et de partenariats.

La pression immobilière rend difficile l'accession au logement et la situation est encore plus critique pour les jeunes ménages. L'absence d'établissement scolaire nous prive non seulement d'un réseau précieux pour toucher la jeunesse mais pousse celle-ci à très rapidement se tourner vers des pratiques culturelles hors de la Commune. Il n'existe quasi aucune mixité de publics au sein de la jeunesse rebecquoise, celle-ci ayant même tendance à s'autocatégoriser.

Ayant une empreinte considérable sur notre territoire, les activités de la carrière et des brasseries sont florissantes et bien au-delà de notre commune ; le commerce local s'affaiblit lui fortement, les habitants s'orientant vers la grande distribution aux frontières voire en dehors de notre commune. Ceci est pourtant antinomique par rapport à l'identité agricole de Rebecq, à l'implication écologique de la Commune et surtout d'un réseau associatif alterconsumériste en constante évolution et attentif à la préservation de l'environnement paysager.

Plus de gare, des zones mal desservies par le TEC, des déplacements du soir extrêmement compliqués, pas de Ravel, les mobilités alternatives, douces et le covoiturage devront être développés pour améliorer une situation qui, en cette absence, ne serait amenée qu'à encore empirer.

 


AFOM du territoire de Rebecq

ATOUTS

FAIBLESSES

L’identification au folklore

La moitié des enfants sont scolarisés dans les communes avoisinantes

La qualité de l’accueil dans le village

La décentralisation au sein des lieux de vie

La présence et la qualité de la nature en général et des espaces verts

Sentiment d’appartenance villageois assez fort mais au sein de chaque clocher ce qui provoque aussi l’absence de lien/cohésion entre ceux –ci

La qualité de la scolarité

Manque de communication en matière de tourisme

Bons services pour les seniors et les jeunes

La mobilité alternative

Eléments particuliers faisant la renommée extérieure de Rebecq : carrières de Quenast, brasserie Lefèbvre, gueuzerie Tilquin, train RRR, ensemble patrimonial du centre de Rebecq

La moitié des enfants sont scolarisés dans les communes avoisinantes

La présence et la qualité des patrimoines

La « nouvelle » population ne participe pas majoritairement à la vie villageoise

 

Un souci de lieux : mauvaise utilisation et sous-utilisation de locaux communaux (Chapelle), manque d’une salle purement culturelle, manque d’une école de musique, manque d’une salle polyvalente pour associations, manque d’une salle d’expo permanente, …

OPPORTUNITES

MENACES

Nouveaux habitants / jeunes

Cité dortoir

La mobilité alternative

Difficulté d’accès au logement

Dynamique communale de PCDR et d’espaces patrimoniaux en particulier

Difficultés pour les commerçants locaux, centre qui se dévitalise, vie socioculturelle dans les villages

Présence de patrimoines intéressants à mieux/plus exploiter

La perte d’identité

La nouvelle association de commerçants

La fuite de la jeunesse

Nouveaux habitants / jeunes

 

Nouveaux espaces culturels

 

 

 

 
Les enjeux

De Tr@me à Corijn, de formations en colloques et entretiens, de Conseil d'Administration en Conseil d'Orientation, d'enquêtes en rencontres et acrostiches, et pour terminer le PCDR, le CcR est engagé dans un processus d'analyse partagée à diverses échelles (BW, Ouest, Commune, Centre culturel) depuis 5 ans.

Nous faisons face à un nouveau Décret, une nouvelle dynamique, de nouveaux défis.

Mais il faut savoir aussi mesure garder et avoir conscience de nos réalités de terrain. Si le CcR peut bénéficier de partenaires associatifs et de collaborations, compter sur le soutien de ses instances et de celles de la Commune, nous demeurons une petite équipe de 4 personnes. En outre, même en tenant compte des moyens financiers supplémentaires prévus dans le cadre du Décret, ceux-ci n’étant que prévisionnels et somme toute peu en augmentation de façon graduelle, la situation pécuniaire du CcR ne permet pas d’entrevoir des projets pharaoniques. Enfin, nous tenons à rappeler une nouvelle fois que, tel qu’exposé dans les conclusions de l’autoévaluation, nos activités considérées comme étant dans le « socle de base » sont en effet une base au sens noble du terme pour nous, ont toute leur justification et leur sens pour la population de notre village.

Il nous est donc apparu sain et unanime de constater que nous n’avons pas à agir de manière significative sur certains enjeux de société et avoir conscience d’autres pour y apporter une pierre à l’édifice en tant que soutien.

Ainsi, le développement économique dans un caractère rural et son environnement à préserver, la pression foncière et les difficultés de logement, la réduction des émissions de Co2 et les énergies renouvelables sont des matières qui nous semblent être du ressort et du niveau de compétences de la Commune. Les opportunités  et les moyens financiers du PCDR, l’implication citoyenne dans cette démarche et la volonté communale permettront d’agir au mieux sur ces enjeux.

Nous n’avons pas considéré la communication et la participation comme des enjeux en tant que tel mais des moyens transversaux indispensables pour atteindre nos objectifs.

Quant aux mobilités alternatives, nous tentons déjà d’y intervenir à notre petit niveau par « Rebecq covoiture », tiendrons en permanence cette donnée à l’esprit et soutiendrons toute démarche associative ou communale en ce sens.

 

Trois notions ont largement émergé de notre processus : patrimoine, nouveaux habitants et jeunesse.

Elles sont représentatives de l’évolution de la population et du cloisonnement de celle-ci entre Rebecquois de souche, nouveaux habitants et jeunes.

Nous sommes pleinement dans le « vivre ensemble » et la préservation de la diversité sociale, celle-ci devant devenir une force et non une faiblesse provoquant une fracture citoyenne et un isolement de plus en plus conséquent voire un repli sur soi.

Afin d’agir sur cette dynamique commune au sein de notre territoire amené à se transformer, le CcR, les acteurs associatifs et socioculturels doivent collaborer avec et par la population, le Conseil d’Orientation a donc défini trois enjeux prioritaires pour l’avenir de notre institution :

 

-          Réinvestir culturellement les espaces patrimoniaux matériels et immatériels afin de valoriser ceux-ci pour renouveler, moderniser et renforcer l'identité communale

 

-          Développer un sentiment d'appartenance, avec un œil particulier envers les nouveaux habitants, afin de retisser des liens sociaux et diminuer le sentiment d'évolution vers une cité dortoir

 

 

-          Dynamiser le partage avec les jeunes de l'entité et décloisonner leurs catégorisations afin de les rendre acteurs pour construire avec eux leur accès à la culture et leur liberté artistique


Objectifs et opérations culturelles

Réinvestir culturellement les espaces patrimoniaux matériels et immatériels afin de valoriser ceux-ci pour renouveler, moderniser et renforcer l'identité communale

Contenu de l’enjeu

L’analyse partagée a fait ressortir clairement, tant dans nos propres démarches qu’au sein du PCDR et particulièrement du GT « Identité culturelle et matrimoniale », un attachement de la population de souche à son patrimoine tout en regrettant largement une trop faible utilisation ou une mauvaise valorisation de celui-ci. On peut citer sans être exhaustif, le site des Moulins d’Arenberg, le moulin d’Herbais (privé), la Chapelle des Augustines, la Cité de la Vallée, le château et les anciens bureaux de la Carrière, la Chapelle de Bierghes, le Musée du Porphyre, la grange d’Arenberg (à aménager), de façon immatérielle le Carnaval et le dialecte wallon, mais aussi la Carrière et son histoire ainsi que la Brasserie Lefebvre. Ils doivent être considérés comme des atouts, porteurs de sens, permettant de rassembler les Rebecquois de naissance mais aussi pour toucher un nouveau public, en lien étroit avec notre deuxième enjeu et la « nouvelle » population et enfin agir en matière de décentralisation, de mobilité, au plus près des lieux de vie. Ils devraient nous permettre de (re)tisser un lien entre les populations et leur territoire, que les Rebecquois les investissent, s’y investissent, s’y interrogent et se rassemblent autour d’une identité commune.

Nos aînés, les événements communaux rassembleurs et le tissu associatif doivent aussi être posés comme les racines de nos actions.

L’éducation permanente et les associations rebecquoises qui y œuvrent seront un levier supplémentaire incontestable pour nous accompagner et aider dans cette réappropriation.

Nous faisons l’hypothèse qu’en développant des activités dans ou au travers de ces patrimoines, nous accroitrons l’accès à la culture et la démocratisation de celle-ci dans l’intérêt des liens sociaux et de la mobilisation citoyenne.

Objectifs

-          Accroître la démocratie culturelle entre autres au travers de la création d’une commission en lien avec le PCDR

-          Elargir nos publics et diminuer les inégalités d’accès à la culture dans un esprit de démocratisation culturelle

-          Accroitre le développement culturel des populations qui composent désormais notre territoire

-          Mobiliser des citoyens et fédérer des associations autour d’un projet commun

-          Valoriser et faire connaître des lieux patrimoniaux en y organisant des activités décentralisées tout en agissant sur la mobilité

-          Agir sur une identité commune et la promotion de la culture rebecquoise au travers des témoignages des anciens et du dialecte wallon

-          Renforcer le droit de participer à l’élaboration lors d’évènements tels que la braderie ou les Fêtes de Wallonie

-          Collaborer avec le CPAS à la mise en place d’activités destinées à rompre l’isolement

-          Développer la citoyenneté active et l’exercice des droits culturels, sociaux et environnementaux avec les associations d’éducation permanente et alterconsuméristes.

Opération culturelle

Liste non exhaustive et amendable.

2019

2020

2021

2022

2023

Constitution de la commission

 

 

 

 

Balade vélo

Parcours 1     (a)

 

Balade vélo

Parcours 2

 

Balade vélo

Parcours 3

 

Balade dans les sentiers comestibles

Parcours 1        (b)

 

Balade dans les sentiers comestibles

Parcours 2

 

Recueil à travers les âges

Thème 1     (c)

 

Recueil à travers les âges

Thème 2

 

Exposition Recueil à travers les âges

 

Jeux intervillages

Lieu 1     (d)

Jeux intervillages

Lieu 2

Jeux intervillages

Lieu 3

Jeux intervillages

Lieu 4

 

Initiatives lors de la braderie     (e)

 

Initiatives lors de la braderie

 

Café plein air     (f)

Café plein air

Café plein air

Café plein air

Café plein air

Table de discussion

Wallon

Table de discussion

Wallon

Table de discussion

Wallon

Table de discussion

Wallon

Table de discussion

Wallon

Rencontre débat éducation permanente Lieu 1

Rencontre débat éducation permanente Lieu 2

Rencontre débat éducation permanente Lieu 3

Rencontre débat éducation permanente Lieu 4

Rencontre débat éducation permanente Lieu 5

Soutien et apport au lexique Cocorico (Wallon) + Théât’wallon     (g)

Soutien et apport au lexique Cocorico (Wallon) + Théât’wallon

Soutien et apport au lexique Cocorico (Wallon) + Théât’wallon

Soutien et apport au lexique Cocorico (Wallon) + Théât’wallon

Publication lexique Cocorico + Théât’wallon

Marché de Noël

Marché de Noël

Marché de Noël

Marché de Noël

Marché de Noël

Théâtre amateur

Théâtre amateur

Théâtre amateur

Théâtre amateur

Théâtre amateur

Expositions au Moulin

Expositions au Moulin

Expositions au Moulin

Expositions au Moulin

Expositions au Moulin

 

(a)   Balade vélo : proposer une balade vélo en groupe durant laquelle le public sera invité à découvrir le village et son histoire par le biais d’artisans, d’artistes, de saynètes théâtrales, d’anecdotes historiques, de visites patrimoniales,…

(b)   Balade dans les sentiers comestibles : proposer des animations culturelles en collaboration avec les associations alterconsuméristes lors des balades organisées dans ces sentiers

(c)    Recueil à travers les âges : en collaboration avec la résidence d’Arenberg, la bibliothèque, le CCCA le PCS, écoles, MJ ... Sur un thème donné, créer un recueil de témoignages auprès des résidents de la maison de repos, les interviews seraient menées par des jeunes

(d)   Jeux intervillages : équipes associatives, jeux sportifs et culturels, découverte du patrimoine et de l’histoire, coordination par la commission jeunesse, rotation sur les 4 communes

(e)   Initiatives lors de la braderie : profiter de cet événement pour offrir aux habitants une animation culturelle (contes, art de la rue, performances d’artistes locaux, …)

(f)     Café plein air : investir des lieux inattendus pour inviter la population à partager par le biais d’une projection, d’un débat, d’une conférence, … avec une dimension d’éducation permanente

(g)   Soutien et apport au lexique Cocorico (Wallon) : aider à la création d’un ouvrage valorisant et perpétuant le dialecte local

Fonctions culturelles

L’appropriation, la transmission, la valorisation des patrimoines et la création d’imaginaires communs agissent incontestablement à la mobilisation des citoyens, de la collectivité, vers un meilleur vivre ensemble et un investissement de notre territoire.

Partenaires

L’administration communale, associations d’éducation permanente (FAC, Vie Féminine, FPS), Marelle et Lune, PCS, comités de quartiers (Comité d'Animation Village Quenast, Bierghes en fête, Comité des Fêtes de Wisbecq, Rebecq Evenement, Rognon vit et La Rue Haute en Fête), Photo Club Rebecquois, les commerces et artistes locaux, Rewisbique, Maison de Jeunes Point de Rencontre, nos troupes théâtrales, Coq Hardi, Cercle philatélique, Comité du Carnaval de Printemps, la Résidence d’Arenberg (maison de repos), la bibliothèque, Conseil Consultatif Communal des Aînés, Cercle apiculteurs, le Rail Rebecq Rognon, Cocorico, la brasserie Lefebvre, un dimanche à la campagne, GRACQ Rebecq, Rebecq en transition, GrainedeSEL, les directions d’écoles et enseignants, Commission PCDR culture

Moyens

CcR, administration communale, PCS, associations

Droits culturels

La promotion et le réinvestissement des patrimoines ont-ils donnés un accès plus large à l’exercice des droits culturels ?


Développer un sentiment d'appartenance, avec un œil particulier envers les nouveaux habitants, afin de retisser des liens sociaux et diminuer le sentiment d'évolution vers une cité dortoir

Contenu de l’enjeu

L’analyse partagée a révélé un certain sentiment de menace d’évolution en cité dortoir. Les nouveaux habitants ne participent pas ou peu à la vie socioculturelle mais ces derniers pourraient être mieux accueillis. De nombreux habitants de souche sont de plus en plus amenés à travailler assez éloignés de notre commune. Une certaine partie de l’imposant tissu associatif se fait vieillissant, celui-ci n’est pas connu comme il devrait l’être et parfois enfermé dans sa propre structure. De même, il existe toujours un cloisonnement par villages voire désormais un par quartiers, les associations œuvrant au sein de ceux-ci n’étant pas amenées à se rencontrer et encore moins travailler ensemble. La mobilité du soir s’avère problématique sans voiture et en sus trop peu d’actions sont décentralisées sur les lieux de vie même des habitants. Nous faisons l’hypothèse qu’en agissant au sein même des cadres de vie et en provoquant des rencontres entre les habitants et entre les associations nous accroitrons l’accès à la culture et la démocratisation de celle-ci dans l’intérêt des liens sociaux.

Objectifs

-          Mieux accueillir les nouveaux habitants afin de développer leur sentiment d’appartenance

-          Provoquer la rencontre entre associations et mieux faire connaître celles-ci

-          Agir au sein des lieux de vie pour un meilleur accès à la culture, un plus grand développement culturel tout en réduisant les inégalités entre autres du point de vue mobilité

-          Développer une identité commune améliorant le vivre ensemble

Opération culturelle

Liste non exhaustive et amendable.

2019

2020

2021

2022

2023

Balade des nouveaux habitants     (a)

Balade des nouveaux habitants

Balade des nouveaux habitants

Balade des nouveaux habitants

Balade des nouveaux habitants

Journée des associations     (b)

 

Journée des associations

 

Journée des associations

Animation quartier

Lieu 1     (c)

Animation quartier

Lieu 2

Animation quartier

Lieu 3

Animation quartier

Lieu 4

Animation quartier

Lieu 5

Mise en place du parrainage     (d)

Parrainage 2

Parrainage 3

Parrainage 4

Parrainage 5

Scotch ton idée     (e)

 

 

 

 

 

Photos : « Nos commerçants »     (f)

 

 

 

Présence à la croix rouge sur roues (g)

Présence à la croix rouge sur roues

Présence à la croix rouge sur roues

Présence à la croix rouge sur roues

Présence à la croix rouge sur roues

Ateliers récurrents

Ateliers récurrents

Ateliers récurrents

Ateliers récurrents

Ateliers récurrents

Quenast’Ivales

Quenast’Ivales

Quenast’Ivales

Quenast’Ivales

Quenast’Ivales

Bal costumé

Bal costumé

Bal costumé

Bal costumé

Bal costumé

Thés dansants

Thés dansants

Thés dansants

Thés dansants

Thés dansants

 

(a)   Balade des nouveaux habitants : proposer une balade afin de faire découvrir notre commune, les nouveaux habitants en seraient informés lors du drink d’accueil de la Commune

(b)   Journée des associations : rassembler  des associations rebecquoises en un lieu afin de leur donner la possibilité de se faire connaître et de se connaître entre elles

(c)    Animation quartier : lors de la journée des voisins, organiser une activité en décentralisation dans les quartiers en collaboration avec les associations qui y travaillent, en rotation par année

(d)   Mise en place du parrainage : coordonner un parrainage nouveau/ancien habitant

(e)   Scotch ton idée : en collaboration avec l’artiste Thomas Corbisier, par des ateliers artistiques/performances, faire réfléchir et agir les habitants des quartiers sur leur notion d’appartenance

(f)     Photos : « Nos commerçants » : valoriser l’ancrage local, les commerçants, artisans et produits locaux au travers d’une exposition photo

(g)   Présence à la croix rouge sur roues : lors des passages dans les quartiers de cette initiative, être présents afin d’informer les habitants de nos activités mais aussi les écouter quant à ce qu’ils pourraient attendre de nous

La commission, tout comme le CO, serait impliquée au mieux dans l’organisation des activités mais aussi et surtout dans l’analyse partagée à venir.

Fonctions culturelles

L’exercice individuel du droit à la culture au sein de collectivités, la vie associative et l’animation mises au service du développement culturel

Partenaires

L’administration communale, la bibliothèque, le PCS, Maison de Jeunes Point de Rencontre, associations rebecquoises, les commerçants et artistes locaux, comités de quartiers (Comité d'Animation Village Quenast, Bierghes en fête, Comité des Fêtes de Wisbecq, Rebecq Evenement, Rognon vit et La Rue Haute en Fête), Rewisbique, Photo Club Rebecquois, la Maison du Conte,  un dimanche à la campagne, Rebecq en transition, GrainedeSEL

Moyens

CcR, administration communale, PCS, associations

Droits culturels

Les projets de proximité ont-ils étendu les droits culturels et agit sur le problème de mobilité ? Le tissu associatif a-t-il été développé/valorisé/amélioré ? Les nouveaux habitants ont-ils vu l’accès à la culture accru ?


Dynamiser le partage avec les jeunes de l'entité et décloisonner leurs catégorisations afin de les rendre acteurs pour construire avec eux leur accès à la culture et leur liberté artistique

Contenu de l’enjeu

L’analyse partagée n’a fait que confirmer ce que nous savions déjà, nous ne touchons les jeunes qu’à doses homéopathiques et uniquement au travers de la Maison de Jeunes. Or, cette dernière ne représente aussi qu’une partie de la jeunesse rebecquoise. Celle-ci a tendance à elle-même s’autocatégoriser. Il n’y a aucun échange entre le public de la MJ et celui des mouvements de jeunesse, ceux qui ne fréquentent pas ces structures forment une troisième catégorie, les jeunes nouvellement installés sur notre commune une quatrième. Les milieux sociaux sont extrêmement variés, allant du plus défavorisé à l’assez aisé. Privés d’établissement secondaire, nous ne possédons pas ce relais pour informer et sensibiliser les ados à nos démarches. Or collaborations avec la MJ et le PCS, nous avons, dans nos tentatives d’initiatives pour les jeunes, toujours péché en matière de démocratie culturelle et dans le droit de prendre part à la culture voire celui de la liberté artistique. Nous faisons l’hypothèse qu’en créant une « commission jeunesse » rassemblant des ados issus des différentes « catégories », nous construirons au mieux leur accès à la culture.

Objectifs

-          Décloisonner la jeunesse rebecquoise afin de provoquer des rencontres et des collaborations, tisser des liens sociaux et agir sur le vivre ensemble

-          Placer la démocratie culturelle à la base même des initiatives afin que les jeunes exercent au mieux leur droit de prendre part à la culture

-          Agir en matière de liberté artistique en offrant de nouvelles possibilités de création et d’expression aux jeunes et valoriser les productions

-          Intégrer au mieux la « nouvelle » jeunesse

-          Rendre les jeunes acteurs au sein d’initiatives grand public locales

Opération culturelle

Les actions proposées dans cette opération culturelle seront à titre d’exemple et tributaires des choix posés par la « commission jeunesse ». Elles seront donc totalement amendables puisque la démocratie culturelle est l’essence même de cet enjeu.

2019

2020

2021

2022

2023

Création de la commission

 

 

 

 

Commission présente à Huy pour le choix du spectacle ado     (a)

Commission présente à Huy pour le choix du spectacle ado

Commission présente à Huy pour le choix du spectacle ado

Commission présente à Huy pour le choix du spectacle ado

Commission présente à Huy pour le choix du spectacle ado

« Je découvre… » (rencontre artistique et atelier)

Thème 1     (b)

« Je découvre… »

Thème 2

« Je découvre… »

Thème 3

« Je découvre… »

Thème 4

« Je découvre… »

Thème 5

 

 

Evènement rassembleur

« Nos jeunes artistes »     (c)

 

 

 

 

 

 

Création commune des jeunes artistes Rebecquois     (d)

« Tu fêtes tes x années ! »     (e)

« Tu fêtes tes x années ! »

« Tu fêtes tes x années ! »

« Tu fêtes tes x années ! »

« Tu fêtes tes x années ! »

 

Coordination de jeux intervillages

Lieu 1     (f)

Coordination de jeux intervillages

Lieu 2

Coordination de jeux intervillages

Lieu 3

Coordination de jeux intervillages

Lieu 4

Ciné Junior

Ciné Junior

Ciné Junior

Ciné Junior

Ciné Junior

Théâtre jeune public et à l’école

Théâtre jeune public et à l’école

Théâtre jeune public et à l’école

Théâtre jeune public et à l’école

Théâtre jeune public et à l’école

 

(a)   Commission présente à Huy pour le choix du spectacle ado : offrir aux jeunes la possibilité de choisir eux-mêmes un spectacle sociétal qui sera joué dans leur centre culturel sur une thématique qui les interpelle

(b)   « Je découvre… » (rencontre artistique et atelier) : en fonction des envies des jeunes, mettre en place des rencontres et ateliers sur un sujet, un artiste, un art, qu’ils auront eux-mêmes choisi

(c)    Evènement rassembleur « Nos jeunes artistes » : une journée qui met en avant les jeunes artistes dans différents domaines : expositions, scène ouverte, … le tout dans un cadre festif

(d)   Création commune des jeunes artistes Rebecquois : valoriser les différents modes d’expressions des jeunes afin de les faire travailler ensemble dans la création d’une production commune

(e)   Tu fêtes tes x années ! : créer un événement, une activité qui rassemblerait tous les jeunes du même âge afin qu’ils puissent se rencontrer

(f)     Coordination des jeux intervillages : l’organisation de cet évènement par les jeunes serait l’accroche pour lancer la commission voire l’ensemble du processus

La commission, tout comme le CO, serait impliquée au mieux dans l’organisation des activités mais aussi et surtout dans l’analyse partagée à venir.

 

Fonctions culturelles

Les rencontres et collaborations entre eux, celles avec des artistes, leur participation culturelle, les différentes activités qu’ils mettront en place ou auxquelles ils aideront, les expérimentations qu’ils mèneront concourront selon nous à augmenter la capacité critique et la citoyenneté des jeunes, élargir leurs horizons et s’opposer à l’individualisation croissante de la société dans laquelle ils se préparent à devenir adultes.

Partenaires

L’administration communale, Maison de Jeunes Point de Rencontre, le PCS, les scouts de Rebecq, la bibliothèque, l’harmonie communale, les jeunes artistes rebecquois, comités de quartiers (Comité d'Animation Village Quenast, Bierghes en fête, Comité des Fêtes de Wisbecq, Rebecq Evenement, Rognon vit et La Rue Haute en Fête), AMO

Moyens

CcR/MJ/PCS

Droits culturels

-          Avons-nous bien placé le droit de prendre part à la culture à la base de toutes les actions ?

-          Avons-nous renforcé la liberté artistique des jeunes ?

-          Avons-nous amélioré leur accès à la culture ?


L’équipe du Centre culturel de Rebecq tient à chaleureusement remercier les Membres du Conseil d’Orientation pour leur sincère, dévouée et précieuse implication dans ce processus, sans vous, rien n’aurait été possible.

Grand merci aussi aux relecteurs de ce dossier, Madame Nathalie Henriet, Inspectrice FWB, Madame Mahé Brombart, Chargée du développement des publics au SPAS Hainaut et Monsieur Daniel Roland.

Merci à Majo Hansotte, Nicolas Bosmans et la Fondation Rurale de Wallonie pour les précieux outils, au Conseil d’Administration, à l’Assemblée Générale et à la Commune de Rebecq pour la confiance.

Et enfin, il serait trop long de tous les citer, merci à tous ceux qui, en leurs titres et qualités, ont apporté leur pierre à cet imposant édifice.

 

 

Etabli à Rebecq le 02/05/17. Le dossier complet comporte 129 pages plus un cahier d'annexes.

Steve Cerisier, Directeur

 

Approuvé à l’unanimité en Conseil d’Administration le 16/05/17 et à l’unanimité en Assemblée Générale le 30/05/17.